•   Le surjeteuse Lidl étant désormais bien installée dans son nouveau chez-elle, il est temps de procéder à une petite revue du coin couture conçu sur mesure.

      Résumé du cahier des charges : dans une pièce de 12m2 avec une cheminée et une porte-fenêtre, devant accueillir un grand lit, une armoire, une étagère et une table de chevet, vous aménagerez un espace fonctionnel devant contenir tout votre matériel de couture et satisfaire à la pratique de celle-ci ainsi que du modélisme, et ce sans entraver la circulation (id est : ne pas se manger un coin de table en pleine nuit alors qu'on cherchera à atteindre les vécé le plus rapidement possible lors de la prochaine gastro ; ici on pense à tout (le saviez-tu : wikipedia m'informe qu'id est est un anglicisme ; anglicisme par voie latine, quelle classe)). Cet espace sera également votre bureau.

      De ces contraintes il s'est dégagé que la forme la plus adaptée serait un Γ de Tetris plaqué contre le mur, en complétant la table Norden à rabats - maintenant réhaussée sur des cubes de bois pour patronner plus confortablement #allocerdyspepsie - par un système de rangement mural ouvert avec bureau intégré.

    bjkdox xkopokx xkopxokpox xkopkpok xkopkopkx kpokpokwx kopkokxw kopkpokpxw jkojpijpijpjxw  hjpijpcsih sc hjiohôunqz q^zpiorfhj zrjirfv jef sjoiz dh hiq eytf  wn' ncxuiq - fhiurjis fhiq= chudisuh q^pi

    Sans oublier la vicomtesse Cléo-Brady de Boisjoly.

      Le système de rangement mural Elfa l'a finalement emporté sur le Algot d'Ikea ; un peu plus coûteux, mais beaucoup moins cheap sur le fond et la forme, le principal était disponible chez Leroy Merlin, et j'ai commandé les quelques pièces manquantes chez Outiz. La lisse de suspension peut supporter jusqu'à 200kg (soit 100 volumes de la méthode dp studio).

    bjkdox xkopokx xkopxokpox xkopkpok xkopkopkx kpokpokwx kopkokxw kopkpokpxw jkojpijpijpjxw  hjpijpcsih sc hjiohôunqz q^zpiorfhj zrjirfv jef sjoiz dh hiq eytf  wn' ncxuiq - fhiurjis fhiq= chudisuh q^pi

      Sur 1m50 de longueur, s'étalent tout en haut ma collec' de Burda et d'Aime comme X, quelques autres patrons pochettes, les patrons décalqués au fil du temps et ceux dessinés par mézigue. A l'étage du dessous se déploie un éventail de ressources en modélisme, ainsi que les livres de couture et d'autres plus généraux sur l'habillement. A voir l'étagère de gauche commencer à ployer alors qu'elle est au 2/3 pleine, j'aurais été plus inspirée de ne prendre que des étagères de 60cm de long. Encore en dessous, c'est l'étage à bordel à peu près ordonné avec la travailleuse, les fils, des câbles, des lunettes, des feutres, des pâtes à modeler, des lumignons...

    bjkdox xkopokx xkopxokpox xkopkpok xkopkopkx kpokpokwx kopkokxw kopkpokpxw jkojpijpijpjxw  hjpijpcsih sc hjiohôunqz q^zpiorfhj zrjirfv jef sjoiz dh hiq eytf  wn' ncxuiq - fhiurjis fhiq= chudisuh q^pi

      Plus bas, le bureau proprement dit, planche de chêne découpée sur mesure pour permettre au tréteau de la table haute de se caler au plus près du mur tout en laissant un espace de garage suffisant pour les machines. La planche repose sur des consoles pour limiter l'encombrement au sol ; si le soutien est suffisant en temps normal, les vibrations engendrées par l'usage de la surjeteuse à plein régime font que la présence d'un pied amovible sur un des angles libres rendraient le travail plus confortable. L'espace est suffisant pour travailler en même temps avec la machine à coudre et la surjeteuse, et laisser le portable ouvert sur le côté.
    A droite, un pupitre sur mesure du même bois qui est sur la voie de la transmutation en coin à bordel à base de cellulose (on y reconnaît gisante une serviette de table à demi ourlée).

    bjkdox xkopokx xkopxokpox xkopkpok xkopkopkx kpokpokwx kopkokxw kopkpokpxw jkojpijpijpjxw  hjpijpcsih sc hjiohôunqz q^zpiorfhj zrjirfv jef sjoiz dh hiq eytf  wn' ncxuiq - fhiurjis fhiq= chudisuh q^pi

      Contre le mur, un panneau percé auquel on accroche des tirelibibis dans lesquels on met des bidules à garder à portée de main (top 3 : ciseaux, stylos, pique-épingle). Par dessous sont glissés des morceaux de liège fin pour faire un genre de panneau d'inspiration de kréatriss et s'isoler un brin des voisins. Il faut d'ailleurs que je re-stabilise celui du dessous qui est en train de se faire la malle.

      Le système de rangement n'était pas à l'origine de cette rutilante couleur mais gris métallique. Afin de l'accorder à l'atmosphère mi chambre de vieux-mi lupanar conférée par le papier peint, j'ai passé un certain temps ce printemps à recouvrir les éléments muraux de peinture "vieil or", les horizontaux se voyant attribuer une nuance "or pâle". Ce ne fut pas chose facile, le support ne voulait pas de ma peinture, celle-ci s'écorchait au moindre choc. Pour remédier à cela sans faire de dépense supplémentaire, je leur ai passé sur le nez une couche de vernis à parquet. La peinture ne s'écaille plus au moindre bobo, mais la composition du vernis n'était sans doute pas la plus adaptée puisque la surface n'a jamais tout à fait durçi et à tendance à coller si un objet est appliqué longtemps contre elle, en conséquence de quoi quelques accrocs sont à déjà déplorer sur le panneau troué lors du changement de place des accessoires :(

    bjkdox xkopokx xkopxokpox xkopkpok xkopkopkx kpokpokwx kopkokxw kopkpokpxw jkojpijpijpjxw  hjpijpcsih sc hjiohôunqz q^zpiorfhj zrjirfv jef sjoiz dh hiq eytf  wn' ncxuiq - fhiurjis fhiq= chudisuh q^pi

      Sous la pénombre du pupitre, se cache le kitschy heirloom corner ; on vient s'y recueillir devant un 45 tours des Bee Gees, une peinture de yorkchère à l'acrylique, la dentelle au fuseau de belle-tata Josette.

    bjkdox xkopokx xkopxokpox xkopkpok xkopkopkx kpokpokwx kopkokxw kopkpokpxw jkojpijpijpjxw  hjpijpcsih sc hjiohôunqz q^zpiorfhj zrjirfv jef sjoiz dh hiq eytf  wn' ncxuiq - fhiurjis fhiq= chudisuh q^pi

      Sous le bureau, la mini étagère de rangement du fer et de l'eau déminéralisée, les prises électriques et les cubes de rab en cas de déploiement entier de la table.

      Les fournitures de couture (thermocollants, fermetures, élastiques, rubans, pièces d'études, échantillons...) sont rangées dans les tiroirs de la table.

      Et les tissus me direz-vous ? Fraîchement re-triés, ils se répartissent dans une dizaine de sacs sous le lit et demeurent invisibles à l'œil du profane.

    bjkdox xkopokx xkopxokpox xkopkpok xkopkopkx kpokpokwx kopkokxw kopkpokpxw jkojpijpijpjxw  hjpijpcsih sc hjiohôunqz q^zpiorfhj zrjirfv jef sjoiz dh hiq eytf  wn' ncxuiq - fhiurjis fhiq= chudisuh q^pi

      La lisse de suspension se prolonge encore sur le côté car il est prévu qu'un petit module vienne compléter l'ensemble. Ivy 2 y poursuit sa convalescence dans le pot cassé (il avait été écrasé par le père Noël noir l'hiver précédent alors qu'on venait de me le confier, mais c'est une autre histoire) et égaye le mur de sa couleur complémentaire.

    bjkdox xkopokx xkopxokpox xkopkpok xkopkopkx kpokpokwx kopkokxw kopkpokpxw jkojpijpijpjxw  hjpijpcsih sc hjiohôunqz q^zpiorfhj zrjirfv jef sjoiz dh hiq eytf  wn' ncxuiq - fhiurjis fhiq= chudisuh q^pi

     Et dans l'éclat d'un contre-jour jaunâtre, Norden déploie ses ailes vers l'émancipation du PÀP.

      Voilà c'est tout c'est fini !
    La prochaine fois, nous répondrons à la question : est-il possible pour une personne d'1m73 de se couper un jean Safran taille 42 dans 1 mètre de tissu ?


    24 commentaires
  • Joyeux Elniversaire !

      La bichette fête aujourd'hui ses 10 ans. Elle a beau être devenue un peu arthrosique et jaunie, pour la récompenser de n'être jamais tombée en panne, je lui ai cuisiné une gâterie dont je raffole, un genre de macaron aux noisettes ou de massepain dont la recette tient en deux lignes :

           - Blanc d'œuf                         2
           - Sucre                                 90g
           - Noisettes hachées grillées   60g
           - Sel                                    1 pincée

      Battre les blancs en neige, et ajouter le sucre pendant la fin du battage. Incorporer les noisettes et le sel ; pas grave si vous battez trop fort, c'est tout aussi bon baveux.
    Répartir en petits tas que l'on étale sur du papier sulfurisé. Cuire 30 minutes à 130°C. Si vous préférez que ce soit bien sec, rajoutez 15 minutes.

      Ces gâteaux présentent l'avantage de pouvoir être conservés assez longtemps. De préférence dans un récipient pas tout à fait hermétique rangé au fond du placard : c'est quand on découvre qu'il restait un dernier massepain qui colle alors bien aux dents qu'il sont les meilleurs. Sans rire.

      Poupette a eu le droit de choisir la musique : ce fut A Bad Wind Blows in My Heart du bogoss Bill Ryder-Jones, un recueil de ballades pop mélancoliques et nonchalantes tout indiqué pour accompagner un début de week-end pluvieux et glandouilleux. Comme c'est samedi, voici Christina, et même deux fois Christina :

     


    2 commentaires
  •   Ayant passé mes premières années à Paris sans congélateur, j'ai été amenée à découvrir ses glaciers ; mais sur ce coup là j'ai une mémoire de poisson rouge : je ne me souviens que rarement des parfums qui m'ont emballée et de ceux qui m'ont déçu. Alors, pour éviter de répéter certains choix malencontreux et parce que ça pourrait intéresser d'autres personnes, j'ai décidé de consacrer un sujet à faire mon rapport au fil de la saison.

    Chez Grom (21 rue de Seine 6e), la glace est maintenue à température de dégustation optimale, et battue juste avant d'être servie. Choix entre cornet neutre ou sucré.  Cornet 2 parfums : 3.70€

    Café : une tuerie. La meilleure de toutes celles que j'ai déjà pu goûter, très concentrée et pas écrasée sous le sucre.
    Cassata Siciliana (ricotta de brebis, amandes et agrumes confits) : originale, on sent bien le goût de tous les ingrédients.
    Bacio (chocolat-noisette) : bon
    Fiordilatte : goûtée furtivement dans le cornet du voisin, elle m'a eu l'air de très bien s'en tirer
    Torroncino (nougat) : bonne, avec des morceaux de noisette bien parfumés. Après c'est comme le chocolat blanc, ça n'arrachera jamais les papilles...

    Conseil : au delà de 2 boules ou au delà de 20°C dehors, prenez votre glace en pot, sinon vous n'arrêterez pas d'essayer d'endiguer les dégoulinures le long du cornet, alors que ces parfums méritent toute notre concentration!

    Berthillon (31 rue Saint Louis en l'île 4e) : si la maison mère est fermée (les lundi et mardi, et à partir de 20h, et pendant les grandes vacances (drôle d'idée pour un glacier)), l'île Saint-Louis est truffée de revendeurs. Cornet 2 boules : 4,50€

    Noisette : mon parfum préféré chez eux, placé au sommet de mon podium personnel de la noisette. Grillée à point et généreuse en éclats, sans ce parfum de gaufrette bon marché que l'on trouve souvent ailleurs.
    Caramel au beurre salé : pas mal, mais leur caramel a souvent un goût de trop cuit.
    Caramel nougatine : moyen. En vérité, le caramel sans sel... ce n'est plus tout à fait du caramel.
    Café : très bonne et onctueuse
    Chocolat blanc : fidèle à l'original. C'est-à-dire dispensable, mais en même temps, que celui qui a déjà mangé un chocolat blanc renversant me jette la première boule (fondante).
    Cacao amer : Ce sorbet très collant et très parfumé donne l'impression de lécher le fond du saladier de pâte de fondant au chocolat.
    Framboise à la rose : très parfumée. L'acidulé de la framboise mêlé au parfum de la rose fait naître un parfum de violette.
    Banane : bonne sans plus
    Agenaise (pruneaux et armagnac) : généreuse en morceau de pruneau fondant, elle fait le boulot.
    Passion : fondante et très parfumée
    Mangue : hum, parfaite ?
    Ananas grillé - basilic frais : bien foutue, on se retrouve d'abord projeté au jardin avec le basilic et l'ananas devient de plus en plus présent au fil de la boule.
    Praliné : si vous avez déjà eu l'occasion de goûter le turron liquide, on dirait la même chose en crème glacée avec le même grain de l'amande finement broyée contre la langue. Excellente.
    Grand Marnier : avec écorces d'orange confite, elle me fait penser à la liqueur des petits oeufs de Pâques.
    Pêche : évoque davantage la pêche au sirop que la pêche acidulée. Comme je préfère la deuxième option, elle m'a un peu déçue.
    Rhubarbe : un peu papane elle aussi.
    Mirabelle : pareil ; elle est bonne mais un peu plate.
    Pamplemousse : goût et acidité au rendez-vous, avec un petit côté bonbon.
    Cassis : bonne

    Amorino (à tous les coins de rue)  Petit cornet : 3,50€

    Yoghurt : c'est pour elle que je viens, mon petit péché mignon
    Bacio : honorable, se marie très bien avec le yoghurt
    Pistache : là c'est le souvenir qui parle, il me semble qu'elle est très bonne. Faudra confirmer :-P

    Raimo (63 Bd de Reuilly 12e, 17 rue des Archives 4e, 65 Bd Saint Germain 5e)  Cornet 2 boules: 5€

    2 boutiques s'étant ouvertes l'an dernier j'avais testé pas mal de parfums. Malheureusement, aucun souvenir précis ne me revient, sinon l'impression d'une marchandise honnête sans avoir réussi à me ravir.
    Calisson : moyen, on sent beaucoup trop l'essence d'amande amère
    Praliné : moyen
    Poire : on sent bien que c'est fait avec de la vraie poire, mais ça manque de quelque chose, la maturité du fruit, la variété choise ?

    Pozetto (39 rue du roi de Sicile 4e, 21 rue de Lévis 17e) : un petit italien. Choix limité à 12 parfums avec une préparation quotidienne.

    Là aussi, pas de souvenir marquant. Parce que j'y suis surtout allée l'estomac déjà plein, les parfums m'ont semblé manquer de puissance en bouche et j'ai eu plusieurs fois de la peine à achever mon cornet.

    Mille et une fèves (2 rue Monte Cristo 20e) : Petit chocolatier revendeur de glace de fabrication artisanale Terre Adélice, le plus proche de chez moi. Parfums souvent trop sucrés, mais quand on reste dans le coin c'est appréciable.

    La Marquisette (31 avenue de Saint-Ouen 17e) : glaces italiennes. Ouvert au moins de juin à septembre (pas sûre, peut-être plus longtemps) , fermé le lundi. De mémoire, du choix, des portions généreuses et une cacahuète qui vaut le détour.
    EDIT: La marquisette vient defermer définitivement pour cause de retraite.

    Pascal le glacier (17 rue Bois-le-vent 16e)

    Mary Gelateria naturale (1 rue Charles Dupuis 3e).

    Café : comme il paraît que la jeune dame a remporté un prix en 2008 en Italie pour ce parfum, je suis passée à la boutique en salivant d'avance. Mais ce jour là, le café que j'ai goûté était assez quelconque.

    Le Bac à glaces (109 rue du Bac 7e)

    Martine Lambert (39 rue Cler 7e)

    Gelati d'Alberto (12 rue des Lombards 1er, 45 rue Mouffetard 5e) Glace à l'italienne, servie en cornet sous forme de pétales comme chez Amorino, nombreux parfums.

    La Tropicale (180 boulevard Vincent Auriol 13e) Spécialisée dans les parfums exotiques

    Orange/Poivron/Piment d'espelette : association originale et fonctionelle, désaltérante. Piment peu présent !
    Fraise/Menthe : ça va , mais un peu fadasse sur la longueur

    Delizie Folie (7 rue Montorgueil 1er) Glaces à l'italienne


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique